Mission paysage – 3ème session

Categories Actualité

C’est sous le soleil du printemps que nous avons pour la troisième fois abordé les paysages du Cœur des Hauts-de-France la semaine dernière. Excepté quelques espèces déjà en fleurs ou bourgeonnantes, les arbres ont gardé leur transparence hivernale et permettent une bonne lecture du paysage.

La caravane a remonté les rives de la Somme, en s’arrêtant à Barleux, Athies, Nesle, Hombleux et Ham. Celles-ci a permi beaucoup de rencontres très intéressantes et de beaux échanges. Toutes les thématiques ont été abordées mais un sujet est particulièrement revenu : les chemins, et notamment des tours de ville que de nombreux habitants aimeraient retrouver ainsi que leurs abords arborés.

Beaucoup de belles rencontres également aux hasards des parcours à vélo. Des habitants, des associations de marcheurs, des acteurs culturels, mais aussi de professionnels en lien avec le paysage du territoire, tels que des agents VNF ou SNCF travaillant le long des voies fluviales et ferroviaires, et plusieurs institutions travaillant sur la question des zones humides lors d’une journée organisée à Sancourt par l’agence de l’eau Artois Picardie.

Cette troisième session de terrain abordait une unité paysagère nouvelle, celle du Santerre. Les reliefs sont ici moins marqués, et les horizons apparaissent très plats et lointains. Néanmoins, quelques cours d’eau et la Somme ont creusé ce relief, formant des vallées boisées. La production de peuplier domine sur ces zones humides, donnant un rythme vertical au paysage. On y trouve également des espaces de pâturage qui contrastent particulièrement avec le paysage de cultures majoritaire sur le territoire.

Les bords de l’eau restent toujours difficiles d’accès et sont assez peu visibles. On note cependant des exemples intéressants de rapports à l’eau, comme à Curchy, ou à Epenancourt, qui ont aménagé des parcs publics le long des berges de l’Ingon et du canal de la Somme.

L’habitat reste proche dans son architecture et ses compositions, permettant d’apprécier à nouveau la richesse du patrimoine architectural de la reconstruction. A la fois dans les bâtiments communaux, mairies, écoles et églises, dans les grandes demeures, corps de ferme, mais aussi dans les maisons individuelles les plus simples grâce à la grande créativité de la mise en œuvre des motifs de briques.

C’est donc à nouveau avec un grand plaisir que nous avons parcouru ces paysages d’une grande richesse et que nous reviendrons pour notre dernière semaine de terrain du 15 au 19 avril prochain afin de découvrir la communauté de commune Terre de Picardie. A très bientôt!

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *