Mission paysage – 2ème

Categories Actualité

Voici notre deuxième session de terrain effectuée, avec une nouvelle fois le soleil majoritairement au rendez-vous pour mettre en lumière les paysages du Cœur des Hauts-de-France aux couleurs chaleureuses de l’automne. C’est donc à nouveau avec grand plaisir que nous avons découvert de nouveaux paysages et rencontré de nouveaux habitants du territoire.

Un ponton à Clery-sur-Somme

Après le nord du Vermandois, que nous avons fini d’explorer en parcourant les alentours de Péronne et les communes de Cléry-sur-Somme et Hem-Monacu, nous nous sommes progressivement dirigés vers le sud en faisant escale à Bernes, Monchy-Lagache et Croix-Moligneaux. Nous avons ainsi pu découvrir les bords de Somme -pas toujours très accessibles – et de deux de ses affluents, la Cologne et l’Omignon, présentant tous trois un paysage très boisé contrastant avec les plateaux parcourus auparavant.

Les parcours ont continué à enrichir nos premières impressions du mois dernier. Les silhouettes des villages présentent toujours de très grandes qualités, notamment grâce à une organisation en habitats groupés et arborés, contrastant fortement au milieu d’impressionnants horizons de cultures. Hormis les vallées creusées par les cours d’eau, le paysage s’aplanit progressivement au sud de la Cologne rendant la présence de boisements plus rare au bénéfice des grandes cultures qui créent des horizons très lointains.

La silhouette arborée de Croix Moligneaux à l’aube

L’architecture en briques très caractéristique du territoire continue d’être majoritairement présente et confère une vraie identité au territoire. On y retrouve chaque fois des éléments identiques, tels que la mairie, l’église, le mail arboré, la salle des fêtes, les cours de fermes, … mais chaque village en possède une propre expression architecturale et une organisation différente en fonction de leur lieu d’implantation. Cela entraîne un intérêt toujours renouvelé d’une commune à une autre.

Les pâturages qui autrefois entouraient chaque village, deviennent plus rares, mais certains persistent encore suffisamment pour prouver de l’intérêt de cette organisation. C’est la difficulté du métier d’éleveur qui contraint parfois à l’abandon de cette activité, pourtant les pâturages sont d’un grand intérêt écologique et protègent des fameuses coulées de boue en provenance des grandes cultures, tout en conférant un cadre très pittoresque aux villages.

Une pâture aux abords de Monchy-Lagache

Nous avons rencontré de nombreux marcheurs et groupes de marche qui prouvent d’une organisation paysagère favorable à cette pratique. De nouveaux sentiers sont ouverts ou ré-ouverts par certaines communes. Nous avons notamment découvert des projets intéressants pour le territoire, comme la voie verte prenant place sur l’ancienne voie ferrée et la valorisation de la via-francigena, voie reliant Canterbury à Rome. Une belle opportunité pour la valorisation des paysages qui sera évidemment au programme des pistes d’actions de la thématique Paysages de traverse.

Côté concertation, de nombreux habitants sont venus s’exprimer concernant leur quotidien, le passé, et le des paysages qui composent le Coeur des Hauts-de-France. Participations éphémères, discussions autour d’un café à 9h30 comme à 16h, entretiens filmés sous le soleil Picard, ou dans la caravane lorsque le temps était moins clément, diagnostics en marchant et balades paysagères, … étaient au programme.

Les habitants de Péronne, Bernes, Monchy-Lagache, Croix-Moligneaux, mais aussi d’autres communes et villages environnants sont venus nous parler, nous raconter, nous montrer leurs paysages et ont évoqué de nombreux sujets : l’enjeu pour les paysages que représentent aujourd’hui les “moulins modernes” que sont les éoliennes, la mort des petits commerces dans les villages et l’envie de re-dynamiser le territoire, la beauté de nombreux espaces, l’importance des sentiers de randonnée et de promenade, le manque de liaisons et de transports en commun au sein du territoire, la petite et la grande production, les lieux et chemins de mémoires, etc.

La participation est essentielle pour le fonctionnement de notre mission, puisque les habitants sont au cœur du processus de production des territoires. Ils sont les plus à mêmes de parler des problématiques, atouts, enjeux, qui composent leur territoire, et de proposer des solutions pour conserver, protéger, sauvegarder, transformer, et assurer ainsi l’amélioration de leur cadre de vie. Ces idées seront utilisées pour travailler la phase opérationnelle de notre mission, la production d’objectifs de qualité paysagère !

Ils nous ont raconté de nombreuses anecdotes qui enrichissent nos observations sur le terrain. Elles créent un mythe local, qui donne vie par l’histoire et la coutume au territoire :

“La première betterave d’or a été attribuée à la gare TGV Haute-Picardie”

“Si vous avez du mal à tomber enceinte, il faut faire sept fois le tour du menhir dans le sens inverse des aiguilles d’une montre”

“Un arbre, le seul qui a résisté dans ce village à la guerre, et qui a plus de deux cent ans !”

Nous faisons une pause hivernale et revenons en mars prochain pour la suite de nos observations et échanges. Entre temps nous allons mettre de l’ordre dans toutes nos données recueillies et vous proposer un retour en image via notre compte instagram : paysage_coeurdeshautsdefrance. N’hésitez donc pas à y faire un tour régulièrement et vous abonner. Nous restons à votre écoute par mail à l’adresse : mission-paysage@coeurdeshautsdefrance.fr . N’hésitez pas à nous écrire pour nous proposer des éléments en lien avec les paysages du Cœur des Hauts-de-France. A très bientôt!

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *